Bannière FSH Chaire CJM-IU

Étude de besoins dans l’interface clinico judiciaire

Sommaire et objectifs du projet

Malgré les coûts économiques et sociaux majeurs lors du suicide d’un travailleur, il existe un manque flagrant de données empiriques, tant sur l’impact d’un suicide que sur ses déterminants et les besoins des milieux de travail. La présente recherche vise à remédier à ce manque de connaissances et à favoriser une dynamique de collaboration étroite entre la recherche et les milieux de travail afin de développer les connaissances et améliorer les interventions suite au décès par suicide d’un travailleur. Cette recherche a été précédée d’un projet pilote qui a décrit les interventions effectuées lors du suicide d’un travailleur et a analysé la pertinence des outils de mesure développés pour la présente recherche. Ce premier projet pilote a été possible grâce à une subvention obtenue de l’Institut de recherche Robert-Sauvé en santé et sécurité au travail, avec la collaboration de nombreux partenaires tels que la Fédération des travailleurs du Québec (FTQ), l’Association québécoise de prévention du suicide (AQPS), ainsi que les Centres québécois de prévention du suicide (CPS) et d’une cinquantaine de firmes offrant des services de Programme d’aide aux employés (PAE). Le projet pilote a également mis en lumière des résultats préliminaires quant aux impacts observés chez les collègues selon le type de décès.

La présente recherche, en partenariat avec les milieux de travail, syndicaux, communautaires et les entreprises privées vise à :

  • Décrire l’impact du suicide d’une personne en situation active d’emploi auprès des collègues et sur le milieu de travail;
  • Cerner les éléments déterminants pouvant en influencer l’impact;
  • Développer une stratégie ciblée pour la diffusion et l’application des connaissances acquises dans le cadre de ce projet dans les milieux de travail.

Le suicide peut engendrer des conséquences diverses allant du deuil au stress intense ou à une situation traumatique. Une des conséquences majeures du suicide est le risque de contagion. Selon Mishara et Tousignant (2004), 15-20 % des gens qui se suicident ont connu un proche ou un membre de l’entourage qui est décédé par suicide ou qui a commis une tentative de suicide. En fait, les conséquences d’un événement tel qu’un décès par suicide sont modulées par plusieurs types de facteurs : les facteurs relationnels (degré d’attachement et liens, qualité du réseau social), les facteurs individuels (vulnérabilité personnelle, comorbidité, antécédents de psychopathologies, histoire familiale ou personnelle de comportements suicidaires, présence d’événements antérieurs perçus comme traumatiques), les facteurs liés aux circonstances du décès (personnalité de la personne décédée, lieu du décès, être témoin du suicide), les facteurs de protection (mécanismes d’adaptation, soutien social, interventions mises en place après le décès) et les facteurs liés aux environnements de vie des personnes (conflit, harcèlement, mesures de soutien).

La première étape du projet déterminera l’impact du décès par suicide d’un travailleur sur ses collègues et son milieu de travail ce qui permettra de comprendre le rôle des facteurs de risque associés à ces impacts. Au cours de cette étape, 300 travailleurs de la région du Montréal métropolitain provenant de milieux de travail ayant vécu le décès par suicide d’un travailleur seront comparés à 300 travailleurs provenant de milieux de travail ayant vécu le décès par accident de la route d’un travailleur. Cet échantillon intentionnel comprendra trois types de milieux de travail : (a) petites entreprises; (b) entreprises de taille moyenne et (c) grandes entreprises. Des entrevues de groupe portant sur les besoins ressentis lors du décès, les interventions passées et leur pertinence seront réalisées. Un processus structuré sera élaboré afin de développer un consensus entre l'équipe de chercheurs et les partenaires des milieux de pratique sur les implications des résultats pour l'intervention. Une stratégie et des outils de diffusion pour l'ensemble de ces résultats auprès des milieux d'intervention seront développés. L’ensemble de ce travail permettra un projet futur visant à élaborer des interventions préventives et à les évaluer, tout en tenant compte des besoins des individus et des environnements.

Dates de début et de fin prévue

  • Septembre 2008 - septembre 2011

Chercheur principal

  • Brian Mishara

Chercheurs associés au projet

  • François Chagnon