Dimension organisationnelle de l’application des connaissances

Des investissements importants ont été consacrés au cours des dix dernières années afin de mieux comprendre comment favoriser l’utilisation des connaissances scientifiques dans la pratique professionnelle des intervenants. Diverses stratégies visant le développement d’interventions fondées sur les meilleures pratiques ont été mises en œuvre à cette fin. Relevons ici, notamment dans le domaine de la santé, la dissémination soutenue de guides de pratique et de synthèses des connaissances. Malgré ces efforts, les effets de telles stratégies sur la qualité des soins demeurent modestes et n’atteignent pas pleinement leurs objectifs (Grimshaw, Thomas, MacLennan, et al., 2004; Jamtvedt, Young, Kristoffersen, O’Brien, et Oxman, 2006; Simpson, 2002).

Ces succès mitigés pourraient s’expliquer, en bonne partie, par le fait que les stratégies doivent viser non seulement les intervenants eux-mêmes, mais aussi intégrer des éléments visant aux organisations afin de favoriser une meilleure utilisation des connaissances. Il existerait d'ailleurs des différences importantes dans le processus menant à l’utilisation des connaissances par les individus et celui menant à l'utilisation par les organisations (Argyris et Schön, 1996; Belkhodja, Amara, Landry, et Ouimet, 2007; Leventhal et Cohen, 1990; Lam, 2000).

Bien qu’il soit admis que les organisations ont un rôle déterminant à jouer afin de favoriser et soutenir l’utilisation des connaissances scientifiques par leurs professionnels (Calgary Health Research, 200(Greenhalgh, Robert, Bate, MacFarlan, et Kyriakikou, 2005), très peu de recherches ont tenté de traduire de façon concrète en quoi consiste la capacité d’une organisation à utiliser les connaissances. De plus, il n’existe pas d’outils pratiques qui intègrent et mettent à profit les résultats de ces recherches afin de guider les organisations dans l’utilisation des connaissances.

Il existe donc un besoin très important de soutenir l’application des connaissances dans les organisations par : (1) une meilleure connaissance du rôle des organisations dans l’application des connaissances; (2) l’implantation d’outils de réflexion stratégique et d’indicateurs valides afin d’aider les décideurs à améliorer la capacité de leur organisation à acquérir, à comprendre, à transformer et à utiliser les connaissances scientifiques; (3) la création d’un réseau d’organisations actives dans le développement et le partage de pratiques efficientes, et de stratégies gagnantes pour mieux utiliser les connaissances et améliorer leur offre de services.

Ces besoins sont particulièrement importants dans les organisations de services humains et sociaux puisque très peu de recherches sur le transfert des connaissances ont été réalisées dans ces milieux. En effet, lors de nos collaborations antérieures dans le cadre de nos activités en application des connaissances, nous avons pu constater que nos partenaires de ces milieux expriment le besoin d’avoir accès à des stratégies et des outils pouvant les aider à mieux utiliser les connaissances scientifiques pertinentes au sein de leur organisation.